Radio Netherlands Worldwide

SSO Login

More login possibilities:

Close
  • Facebook
  • Flickr
  • Twitter
  • Google
  • LinkedIn
Accueil
samedi 26 juillet  
Selamawit en répétition
Map
Addis-Abeba, Ethiopie
Addis-Abeba, Ethiopie

Les étoiles montantes de la musique éthiopienne

Publié le : 25 décembre 2012 - 6:00am | Par Rédaction Afrique (© Photo : Borja Santos Porras)
Archivé sous

Le mois dernier, des sonorités de l'Espagne classique ont résonné dans un endroit inhabituel : le Théâtre national éthiopien à Addis-Abeba. Les étudiants de l'École Yared, seul institut éthiopien d'enseignement supérieur en matière de musique, étaient sous la direction de Silvia Sanz Torre, chef de l'Orchestre métropolitain de Madrid. L'occasion de rencontrer quelques élèves de cette école. 

Par Borja Santos Porras, Addis Abeba

"Ce concert a encouragé les étudiants à poursuivre leurs études et à beaucoup travailler", affirme Tadele Tilahun, directeur de l'école Yared. "Au cours des 30 à 40 dernières années, il n'y a pas eu de concert d'un orchestre essentiellement formé par des étudiants ou des enseignants venant d'Éthiopie."

Depuis plus de quatre décennies, Yared, qui fait partie de l'Université d'Addis-Abeba, est devenue un endroit spécial pour les musiciens en herbe, fraîchement sortis du secondaire.

Inspiration de l'horticulture et de Yanni
Prenons Eyuel Mengistu. Il joue de la contrebasse, même si ce n'était pas le premier instrument de choix de ce jeune homme de 24 ans. "J'avais l'habitude de jouer du krar, un instrument traditionnel", confie-t-il. En fait, Eyuel n'avait même pas réalisé qu'il voulait faire de la musique jusqu'à ce qu'il entame des études en horticulture pour une durée de trois ans — c'est alors qu'il a commencé le clavier et c'est ce qui l'a amené à Yared.

"Lorsque j'ai été accepté, je voulais étudier le piano, mais il y avait de nombreux élèves avec la même préférence", se souvient-il. "Puis j'ai choisi la trompette… Mais au bout de six mois, j'ai décidé de jouer de la contrebasse."

Après cinq ans, les étudiants à Yared sont censés avoir terminé leurs études, obtenant de ce fait une licence ou un diplôme d'art. La plupart commencent alors à travailler en tant que musiciens classiques.

Selamawit Aragaw offre un bon exemple.  "J'ai été assistante à l'école Yared et ... bientôt je vais passer chargée de cours", dit-elle. "Mais à part cela, je donne beaucoup de cours privés de violon et j'ai un quartet avec lequel je joue dans différents hôtels."

  • Eyuel arrive à l&#039;école pour s&#039;entraîner<br>&copy; Photo : Borja Santos Porras - http://www.rnw.nl/afrique
  • Après 6 mois à l&#039;école, Eyuel a décidé de jouer de la contrebasse<br>&copy; Photo : Borja Santos Porras - http://www.rnw.nl/afrique
  • Il jouait à l&#039;origine du piano<br>&copy; Photo : Borja Santos Porras - http://www.rnw.nl/afrique
  • Puis à voulu faire de la trompette...<br>&copy; Photo : Borja Santos Porras - http://www.rnw.nl/afrique
  • Les musiciens arrivent au théatre pour jouer avec Silvia Sanz Torre<br>&copy; Photo : Borja Santos Porras - http://www.rnw.nl/afrique
  • Selamawit répète avant le concert<br>&copy; Photo : Borja Santos Porras - http://www.rnw.nl/afrique
  • Dernières répétitions...<br>&copy; Photo : Borja Santos Porras - http://www.rnw.nl/afrique
  • Eyuel joue près du théatre<br>&copy; Photo : Borja Santos Porras - http://www.rnw.nl/afrique

La carrière de Selamawi a également commencé à Yared. "Quand j'avais 16 ans, j'avais l'habitude de regarder une émission à la télé tous les samedis avec un grand orchestre dirigé par le musicien grec Yanni, raconte-t-elle. A partir de là, j'étais persuadée que je voulais devenir violoniste." Comme l'explique la jeune femme maintenant âgée de 27 ans, à cette époque, une annonce publicitaire sur l'école Yared a attiré son attention. Et le reste appartient à l'histoire.

Perspectives d'avenir
Si tous les étudiants éthiopiens sont comme ceux de Yared, la nouvelle génération de musiciens classiques d'Éthiopie a de bonne chance de briller.

Eyuel, le bassiste, n'a pas encore terminé ses études. Mais lorsqu'il les aura terminées, lui aussi entend poursuivre dans l'enseignement.  "De plus, j'aimerais être un compositeur et commencer à jouer de la contrebasse sur scène dans les milieux de jazz."

En attendant, Mengistu est tributaire de Yared.  "Mes amis et moi nous ne pouvons étudier qu'à l'école, parce que l'école prête les instruments, mais nous ne pouvons pas les faire sortir de là", explique-t-il.

Ce que le directeur de l’école, M. Tilahun, prend en compte dans l’organisation de l’école. "Les défis sont encore énormes", lance-t-il. "Les étudiants ne peuvent pas s'acheter des instruments acoustiques, ils coûtent cher et sont difficiles à trouver, par conséquent c'est l'école qui doit les fournir. En outre, la main-d'œuvre est limitée, de sorte que la qualité et la quantité doivent être améliorées afin de maintenir un intérêt accru pour la musique classique au sein de la société éthiopienne."

Voici un extrait du concert avec Silvia Sanz Torre

Articles liés

Recommandés

Placez votre commentaire

Pour une plus grande compréhension, l’usage du français est la règle. Nous accueillons tous types de discussions, mais, attention, nous n’acceptons pas les propos racistes, sexistes, diffamatoires, injurieux ainsi que les commentaires publicitaires.

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
  • Tags HTML autorisés : <a> <em> <strong> <cite> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd> <p> <br>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et de messagerie électronique sont transformées en liens automatiquement.

Plus d'informations sur les options de formatage