Radio Netherlands Worldwide

SSO Login

More login possibilities:

Close
  • Facebook
  • Flickr
  • Twitter
  • Google
  • LinkedIn
Accueil
mercredi 17 septembre  
Victoire Ingabire
Map
Kigali, Rwanda
Kigali, Rwanda

La femme qui a osé s’opposer au dictateur Kagame

Publié le : 31 octobre 2012 - 10:22am | Par Rédaction Afrique (Photo : AFP)
Archivé sous

En août 2010 s’est tenue la deuxième élection présidentielle au Rwanda. Le général Paul Kagamé, leader du Front patriotique rwandais, au pouvoir depuis 2003, a été réélu à 93 % – un taux digne de la Corée du Nord qui s’explique par les chansons débiles à sa gloire qui passent en permanence à la radio et sa faculté à organiser des rassemblements populistes un peu partout dans le pays, un peu tout le temps. Les élections se sont déroulées dans un climat plutôt bon. Trois ou quatre grenades ont explosé au centre de Kigali, la capitale, pendant la campagne électorale, mais rien de bien méchant.

Par Thomas Bertrand, du Congolais

Paul Kagamé déteste l’idée que quelqu’un puisse un jour le déposséder de ses fonctions. Si vous lui posez la question, il vous répondra certainement que l’opposition existe et que des partis se sont présentés face à lui pour l’élection de 2010. Mais si l’on regarde de plus près, les candidats qui ont pu se maintenir face à lui avaient un programme strictement identique au sien – et surtout, étaient des anciens membres de son parti. En d’autres termes, ils semblerait que ces « opposants » aient plutôt été des alliés engagés pour jouer les figurants dans ce pantomime démocratique.

Articles liés

Les vrais opposants, eux, font face à quelques difficultés. Le vice-président du Parti démocratique vert, André Kagwa Rwisereka, a été retrouvé décapité dans un marais aux environs de la capitale deux mois avant l’élection de 2010. Bien qu’il n’existe aucune preuve, il semblerait que cet incident soit lié à la volonté de cet homme de déloger Paul Kagamé.

Victoire Ingabire, quant à elle, leader des Forces démocratiques unifiées (FDU) et potentielle opposante de Paul Kagamé, subit depuis deux ans une forme de répression un peu différente mais tout aussi révoltante.

En août 2010, elle s’est ainsi fait accuser de « complicité de terrorisme, propagation de l’idéologie du génocide, atteinte à la sûreté intérieure de l’État et création d’un groupe armé anti-Kagamé », ce qui l’a empêchée de présenter sa candidature.

Depuis cette date, Victoire Ingabire a fait des allers-retours en prison dans l’attente de son jugement, chaque fois reporté aux calendes grecques.

Le verdict a enfin été rendu aujourd’hui, comme une mauvaise plaisanterie qui aurait beaucoup trop duré : elle a été condamnée à 8 ans de prison ferme pour « menace à la sécurité intérieure du pays ».

Most popular news in this dossier

Soldat du FARDC dans les environs de Goma

Faux informateurs au Burundi : Iwacu a mené l'enquête

Depuis un certain temps, des gens affirmant être des jeunes combattants basés en RDC nous...
"Pas de candidatures en 2015 pour ceux qui ont des dossiers judiciaires"

Candidats pour 2015 avec un dossier judiciaire, passez votre chemin

"Pas de candidatures en 2015 pour ceux qui ont des dossiers judiciaires", c'est ce qu'a...
Les malheurs qui frappent les Africains semblent n'affecter personne

Il faut cesser de s'accoutumer au malheur !

Les malheurs qui frappent les Africains semblent n'affecter personne. Selon Jean-Marie Ngendahayo, ce n...
Chantal Biya, Simone Gagbo et Grace Mugabe, trois Premières dames africaines

Ces Premières dames qui creusent la tombe de leur mari

Souvent, les Premières dames sont les premiers drames de leur mari. Leurs frasques ont fré...
Les mères des fillettes enlevées auraient-elles été trahies par des femmes ?

Des femmes qui roulent pour Boko Haram

Selon l'armée nigériane, des femmes auraient activement participé à l'enl...

Recommandés

mushana 25 mars 2013 - 7:39pm

J'adore ce passage: "Bien qu’il n’existe aucune preuve, il semblerait que cet incident soit lié à la volonté de cet homme de déloger Paul Kagamé".

Existe-t-il meilleure manière de se disqualifier soi-même comme commentateur crédible qu'en avouant aussi benoîtement son adhésion à la présomption automatique de culpabilité qui s'applique quand ses détracteurs les plus irrationnels parlent de Kagame? Or, le hasard fait que ces derniers temps,l'instrumentalisation de la justice française en vue de faire payer au Président rwandais d'avoir stoppé le génocide vient de se ramasser une bonne claque dans la figure, le juge Trévidic ayant rejeté la demande faite par Mme Habyarimana de reprendre à zéro son enquête. Une enquête qui fait des extrémistes hutu les premiers suspects dans l'attentat contre l'ancien Président, en indiquant que le tir fatal contre son avion provenait du camp militaire qui était sous le contrôle de ses propres soldats le 6 avril 1994 au soir. Kagame est un cauchemar vivant pour les génocidaires,leurs défenseurs et leurs fans en tous genres et c'est bien normal. Quoi d'étonnant que ceux-ci tentent désespérément de l'accuser de crimes imaginaires comme pour alléger le poids de leurs propres crimes. Peine perdue cependant, la bête immonde du génocide ne reviendra plus hanter nos collines. Place au travail de reconstruction, à la compétence, au mérite du citoyen sans les considérations racialistes primitives qui ont trop longtemps tenu le Rwanda en otage. Pays parmi les moins corrompus d'Afrique, ayant sorti un nombre considérable de ses citoyens de la misère en quelques années, pays dont tous les indices du développement humain progressent en faveur des plus démunis surtout, pays à l'environnement économique le plus favorable dans sa région,etc... tel est le Rwanda qui ne cesse de se construire sans souci des jugements émis par des prophètes aveugles. Le reste n'est que vaine littérature.

mushana 25 mars 2013 - 4:03pm / rwanda

Dans quel autre pays au monde un candidat à une élection présidentielle se présenterait devant ses électeurs en compagnie d'un Vice-Président de son parti comme Ntawangundi qui a reconnu avoir assassiné 8 personnes (dont des enfants)pendant le génocide avant de purger sa peine de 18 ans de prison sans même faire recours? Dans quel autre pays au monde le seul fait d'avoir un père mort en prison en purgeant sa condamnation pour génocide et une mère génocidaire présumée en cavale oserait-il se présenter à une élection - même communale - sans susciter des hurlements d'indignation de la part de tous les démocrates de la planète? Comment peut-on faire fi des documents envoyés à la justice rwandaise par les autorités hollandaises après perquisition du domicile de Mme Victoire Ingabire, comme si ses liens avec les prédateurs FDLR qui "libèrent" le Rwanda depuis près de 20 ans en massacrant des Congolais chez eux n'avaient pas été clairement établis dans lesdits documents? Dans quel autre pays au monde un candidat à la présidence sans autre bilan que son discours ambigu sur le génocide dans les radios internationales peut-il choisir de lancer sa campagne sur le Mémorial d'un génocide et s'en tirer sans une arrestation immédiate? Ne vous fatiguez pas à chercher, cela est impossible ailleurs qu'au Rwanda où les familles des victimes du génocide n'attendent plus rien du reste du monde que l'indifférence, trop conscients qu'ils sont de ne devoir leur survie à personne d'autre qu'à eux-mêmes, tant le mépris injustifié pour leurs existences leur a prouvé qu'ils peuvent se passer de l'approbation de quiconque et poursuivre la reconstruction réussie de leur pays sans autre inspiration que leur génie propre. Il existe au Rwanda près de 10 millions de candidats possibles à la présidence. Que ceux qui tiennent à nous imposer la candidature de Mme Ingabire veuillent bien nous présenter celle d'un autre s'ils s'en estiment logiquement autorisés à le faire et qu'on en parle plus! Point barre.

Anonymous 26 février 2013 - 2:21pm / Burundi

ttention! Moi-même j'ai été au Rwanda en 2000 quand je me rendais au marché et j'ai assisté au bastonnade des passants par les local defense(jeunes armés du rwanda) de Batima! Des jeunes porteurs de fusils et qui font la relève de garde par semaine. Ces jeunes étaient comme les Imbonerakure du Burundi car ils vivaient du vol et des crimes. A ce moment, le marché de Batima se tenait le mardi au moment où le marché de Gatare au Burundi se tenait le Mercredi. Ainsi, c'est après avoir battu à mort un commerçant de Gatare un certain mardi du mois de juillet que nous avons décidé nous aussi( étant étudiants en service militaire obligatoire)de les rencontrer quand eux aussi venaient s'approvisionner des vivres au Burundi le mercredi( jour du marché à Gatare) pour leur interdire ces actes ignobles. Et d'ailleurs, nous leurs avons donné quelques coups de bâton comme correction. C'est à ce moment qu'ils nous ont affirmé qu'ils ne faisaient qu'appliquer les ordres de Kagame. Pauvre région des grands lacs!!! Ce dictateur doit tôt ou tard être emprisonné car il doit subir une punition exemplaire.

mushana 25 mars 2013 - 3:32pm

"Et d'ailleurs, nous leurs avons donné quelques coups de bâton comme correction"... Récit anonyme d'un auteur anonyme à propos d'anecdotes anonymes survenus dans des circonstances anonymes. Elle est belle la liberté d'expression! Cela dit, on peut se demander ce que reproche l'auteur anonyme à ces "local defense" anonymes quand lui-même trouve normal de les rosser à coups de bâton pour leur enlever le goût de la violence. Quelle blague! Quel manque du moindre sens des valeurs! Même pour écrire des balivernes qui ne peuvent même pas tromper un enfant de deux ans,il faut un peu de talent cher monsieur l'anonyme. Et vous n'en avez pas.

bugesera 31 janvier 2013 - 10:32pm / Swede

Bonjour ou bonsoir ,le Rwanda comme tout etat democratique devrait accepter une opposition comme au Burundi bien que la aussi ca rime pas assez libre.Le FPR est le seul acteur depuis 18ans je ne garentis pas que les rwandais l auraient elu a 94% de la population ,ca veut dire qu il est sans tache? les doutes planent.j ai l occasion d aller souvent au Rwanda,les gens ne sont pas libre ,ne peuvent point critiquer le pouvoir ,c est la dictature.le pouvoir est toujours militaire ,il faut que ca change.Au rwanda un avis contraire n existe pas on t accuse de tout.

Anonymous 23 janvier 2013 - 12:20pm / Rwanda

Ecoutez, il ne suffit pas de crier sur le pouvoir en place pour être un héro. J'ai l'impression que l'auteur de cet article deteste M. Kagame. il devrait savoir deux choses. 1) Kagame n'est pas eternel, et a déjà confirmer qu'il fait son dernier mandat à la tête du pays. 2) victoire ou pas, nul n'est au dessus des lois. Ses discours incendiaires et divisionnistes ne rapellaient que trop les émissions de la RTLM (que probablement M. Thomas Bertrant trouvait intelligents et constructifs).

S'il faut choisir, entre les chansons de campagne de M. Kagame et des autres candidats (que vous qualifiez de débiles, et qui ne passent plus depuis la periode electorale) et les discours de Mme Victoire, je choisit les chansons. Quant aux rassemblements que tu appelle "populistes", eh bien, peut être les Interahamwe et les partis comme CDR te conviendraient mieux... Nous ne voulons plus ces malfaiteurs chez nous. La prochaine fois, svp, informez vous avant d'écrire.

Anonymous 22 janvier 2013 - 10:57am / Burundi

Il me semble qu'il y a des personnes, mues par je ne sais quel instinct animal, se permettent de critiquer un régime sans construire leurs arguments et sans apporter des preuves. Mais juste pour assouvir leur soif de dénigrement. Le Président Kagamé, on l'aime ou on l'aime pas, il fait quand même avancer son pays et son peuple et ce ne sont pas de mots aussi méchants qui sont postés sur Internet qui vont le faire changer d'avis

Diane K 1 novembre 2012 - 2:56pm

Rien d'étonnant! Quoi attendre d'un régime dont la légitimité laisse à désirer, et dont les juges sont tous des voyous incultes, à la solde de ce même régime qui a pris le pouvoir par les armes en abattant deux chefs d'état et en commetant un génocideS? Le régime du FPR n'a aucune compétence ni autorité morale à donner au peuple rwandais. Ils vont le payer un jour

CLIIR 1 novembre 2012 - 11:03am

Le Centre de Lutte contre l'Impunité et l'Injustice au Rwanda (CLIIR) dénonce énergiquement la condamnation à 8 ans de prison la Présidente du parti d'opposition FDU, Mme Ingabire Victoire par la Haute Cour de Kigali, à l'issue d'un procès à caractère politique entaché de nombreuses irrégularités: chefs d'accusation fantaisistes, intimidations des témoins, fabrications de témoignages à charge, ...
Le pouvoir de Kigali vient de démontrer une nouvelle fois sa volonté permanente de museler toute personne ayant un esprit critique et une culture démocratique en manipulant des lois injustes et liberticides interprétées abusivement par un système judiciaire à la solde du régime dictatorial de Paul Kagame.
Le Centre proteste vigoureusement contre les autorités de Kigali et leur instrumentalisation de la justice à des fins politiques visant à étouffer l'opposition qui ne demande que l'ouverture de l'espace politique dominé par le FPR au pouvoir depuis 18 ans.
Le CLIIR demande aux autorités de Kigali de cesser toute interférence dans le déroulement de cette affaire judiciaire afin que Mme Ingabire Victoire puisse bénéficier d'un procès juste et équitable.
Nous appelons aussi la communauté internationale à poursuivre les pressions sur le régime de Kagame pour le contraindre à garantir le respect des droits humains auxquels aspire le peuple rwandais.

Fait à Bruxelles, 31.10.2012

Joseph MATATA
Coordinateur du CLIIR

Twitter: #cliir_asbl
Facebook: Cliir_asbl

Anonymous 1 novembre 2012 - 6:45am / canada

sur quelle base vous vous permettez d'emmetre des affirmations gratuite sur la decision de justice concernant madame Ingabire , vous devriez informer le public avec des faits reels et non vos sois-disantes pensees ou avis diffamatoires a l'encontre de Mr. Kagame , apporter des preuves !!! la justice rwandaise est independante et vous n'avez aucune qualification pour mettre en doute les competences des magistrats rwandais , si madame Ingabire se rend coupable d'acte reprehensible par la loi , elle doit assumer comme tout citoyen et sa c'est la loi !!!

Placez votre commentaire

Pour une plus grande compréhension, l’usage du français est la règle. Nous accueillons tous types de discussions, mais, attention, nous n’acceptons pas les propos racistes, sexistes, diffamatoires, injurieux ainsi que les commentaires publicitaires.

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
  • Tags HTML autorisés : <a> <em> <strong> <cite> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd> <p> <br>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et de messagerie électronique sont transformées en liens automatiquement.

Plus d'informations sur les options de formatage