Radio Netherlands Worldwide

SSO Login

More login possibilities:

Close
  • Facebook
  • Flickr
  • Twitter
  • Google
  • LinkedIn
Accueil
lundi 20 octobre  
Soldat du FARDC dans les environs de Goma
Map
Bujumbura, Burundi
Bujumbura, Burundi

Faux informateurs au Burundi : Iwacu a mené l'enquête

Publié le : 10 juin 2014 - 9:16am | Par Rédaction Afrique (Photo : Carl de Souza/AFP)
Archivé sous

Depuis un certain temps, des gens affirmant être des jeunes combattants basés en RDC nous faisaient part des informations des jeunes tués à Kiliba-Ondes. Iwacu a mené des enquêtes et a failli être manipulé. Un clin d’œil pour nos confrères.

Notre informateur affirmait être un officier parmi ces combattants à Kiliba-Ondes. D’après lui, avant de se faire enrôler, les recrues présentent leurs dossiers comme pour une demande d’emploi classique : "Nous ne leur demandons que leurs attestations d’identité complètes."

Actuellement, confiait notre source, l’effectif est à 105 combattants composés des démobilisés, Imbonerakure et même d’autres qui veulent porter l’uniforme. Au mois de mars, affirmait-il, 50 jeunes se sont fait enrôler en RDC. Et d’insister que tous ces jeunes se considèrent comme des forces de l’ordre à part entière.

Et pour cause, explique-t-il, tout l’approvisionnement est fait par des officiers de la FDN : "Des militaires nous amènent du riz, du haricot, des bottines et des uniformes." Selon lui, ces jeunes ont des numéros matricules et certains d’entre eux se rendront prochainement au Darfour pour une mission de maintien de la paix.

En attendant, soutenait notre source, des combats font rage entre ces jeunes burundais et des maï-maï dans plusieurs localités de Kiliba Ondes : "100 maï-maï commandés par un certain Fujo et des hommes de Nzabampema nous ont attaqués au mois de mars et avril."

Le terrain prouve le contraire
La première attaque, confie-t-il, a été menée vers 2 heures du matin simultanément sur nos positions se trouvant sur la 6ème avenue près d’un aérodrome en construction à Ondes et dans la localité de Mwaba près de Cimuka. Et d’affirmer que l’attaque avait fait au moins 11 morts dans leurs rangs. Les victimes, concluait-il, avaient été enterrées sur place.
Et de nous donner quatre noms dont Jean Mugisha, Jean-Marie Ngendakuriyo, Tatien Ntunzwenimana et Issa Ngendakumana qui seraient morts dans l’attaque du mois de mars à Kiliba-Ondes. Nous passons à l’étape de la vérification.

Nous nous rendons sur la colline Gahwazi 1 en commune Mpanda où habitait Jean Mugisha. D’après nos informations, Jean Mugisha est parti en RDC pour des entraînements militaires. En mars, le groupe a été attaqué par les combattants d’Aloys Nzabampema. Il a été blessé et s’est fait soigner au Congo. De retour au Burundi, nos sources indiquent qu’il a commencé à consommer des boissons prohibées et sa mort était naturelle. Ses voisins sont unanimes : "Il est tombé malade, ne s’est pas fait soigner et il est mort."

Mort ou pas mort ?
Etienne Manirambona, chef de secteur Gahwazi 1 ne confirme pas que Jean Mugisha a été au Congo pour des entraînements militaires. Néanmoins, il fait savoir que sa mort n’a rien à voir avec les attaques militaires qui auraient eu lieu en RDC car sa mort était naturelle.
Nous nous rendons ensuite sur la colline Nyomvyi, en commune Mpanda où habite un certain Jean-Marie Ngendakuriyo. La même source affirmait qu’il a été tué à Kiliba-Ondes.

Articles liés

Malgré un chemin escarpé, nous arrivons au domicile de ce conducteur de moto. Il n’est pas là. Nous retrouvons Emmanuel Misigaro, son père. Celui-ci est étonné par nos questions car son fils est vivant. "A moins qu’il vient de mourir mais mon fils est vivant car je l’ai même vu ce matin", insiste-t-il.

La femme de Jean-Marie Ngendakuriyo nous donne son numéro de téléphone portable. Nous essayons de le joindre et il nous dit qu’il est à Musenyi, à presque huit kilomètres. Nous rebroussons chemin pour le rencontrer. Pièces d’identité à l’appui, nous nous rendons compte que c’est finalement la personne que l’on croyait morte.

"Je reçois beaucoup de gens qui enquêtent sur ma mort"
Nous nous rendons enfin sur la colline Rugunga en commune Gihanga, l’adresse de Tatien Ntunzwenimana et Issa Ngendakumana, morts également à Kiliba-Ondes, d’après notre source. Nous retrouvons Issa Ngendakumana, ancien combattant dans les rangs du CNDD-FDD. Celui-ci n’est pas surpris : "Je reçois beaucoup de gens qui enquêtent sur ma mort, même les agents des services secrets burundais sont déjà venus."

Il explique qu’il a été démobilisé en 2006 et ne s’est jamais plus fait enrôler dans des groupes armés. Toutefois, il reconnaît faire des déplacements privés dans la localité de Ntunda en RDC : "C’est souvent pour rendre visite à mes deux sœurs mariées là-bas." Tatien Ntunzwenimana est également vivant. Ce père de six enfants indique n’avoir jamais mis les pieds en RDC.

Enfin de compte, nous nous rendons compte que nous avons failli être manipulés. Par qui ? On ne le sait pas. Visiblement, il y a un plan d’induire en erreur les professionnels des médias. Pour quel Objectif ? Là aussi, difficile de répondre à cette question. A nos collègues, gardez le crédo : Il faut toujours douter et vérifier.

Cet article a d'abord été publié par notre partenaire Iwacu le 10 juin 2014. N'hésitez pas à visiter son site web !

Most popular news in this dossier

Soldat du FARDC dans les environs de Goma

Faux informateurs au Burundi : Iwacu a mené l'enquête

Depuis un certain temps, des gens affirmant être des jeunes combattants basés en RDC nous...
"Pas de candidatures en 2015 pour ceux qui ont des dossiers judiciaires"

Candidats pour 2015 avec un dossier judiciaire, passez votre chemin

"Pas de candidatures en 2015 pour ceux qui ont des dossiers judiciaires", c'est ce qu'a...
Chantal Biya, Simone Gagbo et Grace Mugabe, trois Premières dames africaines

Ces Premières dames qui creusent la tombe de leur mari

Souvent, les Premières dames sont les premiers drames de leur mari. Leurs frasques ont fré...
Les malheurs qui frappent les Africains semblent n'affecter personne

Il faut cesser de s'accoutumer au malheur !

Les malheurs qui frappent les Africains semblent n'affecter personne. Selon Jean-Marie Ngendahayo, ce n...
Les mères des fillettes enlevées auraient-elles été trahies par des femmes ?

Des femmes qui roulent pour Boko Haram

Selon l'armée nigériane, des femmes auraient activement participé à l'enl...

Recommandés

Makenga 14 juin 2014 - 8:40am

Qui manipule qui? Je ne suis pas journaliste mais regarder les films "24 hours chrono" et "Nikita" m'a ouvert les yeux. A entendre ce qui se dit,ça me met mal à l'aise de constater qu'il y a des gens qui sont manipulés facilement et le manifestent par leurs écrits. Certainement que leurs actes sont conséquents. N'ayant pas fait des enquêtes,je me limite aux hypothèses: 1)Soit il y a eu des jeunes burundais tués en RDC et les journalistes d'Iwacu se sont faits avoir en interrogeant le seul soi-disant officier burundais qui leur donne des noms des gens qu'il sait qu'ils sont en vie ou morts autrement. A qui profiterait cela? Certainement que ceux qui se sont précipités de démentir (sans enquêter) la présence de jeunes burundais en RDC (gouvernement burundais) y tireront profit en discréditant les médias et la société civile(MBONIMPA Pierre Claver)qui l'avaient annoncée. Dans ce cas,le soi-disant officier travaillerait pour le compte du gouvernement burundais issu du CNDD-FDD. 2)Soit ce sont les médias et la société civile qui se sont faits rouler dans la farine. Ici donc,c'est l'opposition (ADC-Ikibiri)qui avait à y tirer profit n'eût été les publications d'IWACU et Rema-fm.

karikumutima 13 juin 2014 - 10:30pm / Burundi

Ils ont la mauvaise intention d'induire en erreur les Nations unies et BNUB afin de trouver le soutien international comme en Libye,Tunisie...car ils ont désesperé après avoir trouvé que retourner au pouvoir par suffrage universel c'est comme construire les chateaux en Espagne.Ce n'est pas seulement Issa Ngendakumana et Thacien;il ya aussi Jean Marie Niyonzima qui a été cité par les médias.Selon ces médias;les Jeunes Imbonerakure blessés à Kiliba se faisaient soigner chez lui alors que au meme moment
la population de Gihungwe pleurer sa mort parce M NIYONZIMA venait d'etre enterré aux cimetieres de MUDUBURU.Sa mort est survenue apres à peu près 6mois d'hospitalisation à l'Hopital Prince Regent charles(Service de chururgie).Je me pose une question,est-ce que ces journalistes n'ont pas de capaciter de dicerner que l'information recue et diffusée est vraie ou fausse?Et pourtant nous voyions chaque fois sur terrain les Journalistes ELOGE de la RPA, ceux de la Radio BONESHA dans les localités de KAGWEMA,GIHUNGWE,MUDUBUGU,BURINGA meme pendant la nuit des heures avancées.S'ils le font expres,ils sont parmi les destabilisateurs et ennemis du pays.HAKUBANA N'UMUBESHI WOBANA N'UMUROZI.Cependant,espérons qu'ils vont changer comme l'Epotre Paul.

Placez votre commentaire

Pour une plus grande compréhension, l’usage du français est la règle. Nous accueillons tous types de discussions, mais, attention, nous n’acceptons pas les propos racistes, sexistes, diffamatoires, injurieux ainsi que les commentaires publicitaires.

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
  • Tags HTML autorisés : <a> <em> <strong> <cite> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd> <p> <br>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et de messagerie électronique sont transformées en liens automatiquement.

Plus d'informations sur les options de formatage