Radio Netherlands Worldwide

SSO Login

More login possibilities:

Close
  • Facebook
  • Flickr
  • Twitter
  • Google
  • LinkedIn
Accueil
jeudi 23 octobre  
Un professeur de mathématique (photo d'illustration)
Map
Goma, Congo (Kinshasa)
Goma, Congo (Kinshasa)

Corrompre vos professeurs en 10 étapes - 2nd volet

Publié le : 6 septembre 2013 - 5:00am | Par Rédaction Afrique (Photo : World Bank Photo Collection / Flickr)
Archivé sous

À Goma, en RDC, la corruption est parfois le seul moyen pour réussir ses études. Voici la seconde partie de notre guide qui explique le procédé en 10 étapes.

Cliquez ici pour lire le 1er volet

Par Gaius Kowene, Goma

6. Trouver un nom pour nommer l'argent de la corruption
Un enseignant qui veut garder sa réputation invente un nom passable à l’argent que le chef de promotion doit lui verser. Pendant les opérations de collecte de fonds, certains étudiants qui ont échoué payent par exemple plusieurs fois pour le même syllabus. D’autres étudiants doivent payer des frais d’interrogation, des frais de travaux pratiques et autres, par le biais de leur chef de promotion. Ces frais servant à corrompre l’enseignant ne sont reconnus ni par le ministère de tutelle, ni par la direction générale de l’université.

7. Faire appel aux étudiants fantômes
On appelle étudiants fantômes ces étudiants inscrits qui ne suivent jamais les cours. Ils n’arrivent à l’université que pour les examens. Ils ne s’inquiètent souvent pas car ils font confiance à leur chef de promotion. Ces derniers les appellent pendant les récoltes de fonds pour grossir le montant. Ainsi, ils peuvent garder leur nom sur la liste des étudiants actifs car ils contribuent régulièrement aux récoltes de fonds. Un chef de promotion qui sait mobiliser tous les étudiants fantômes est beaucoup aimé de ses enseignants, car il sait leur trouver beaucoup d’argent en un rien de temps.

Articles liés


8. Acheter les questionnaires
Avant les examens, les étudiants ont besoin de se préparer. Alors d’autres récoltes secrètes, de 5 à 10 dollars américains par étudiant, sont organisées. Puis le chef de promotion organise un rendez-vous avec l’enseignant, qui lui remettra les questionnaires des examens. Si l’enseignant juge l’affaire trop risquée, il envoie le chef de promotion voir les étudiants d’une autre institution de la contrée. Là-bas, le chef de promotion doit demander le "macchabé", c’est-à-dire les questionnaires des années antérieures. Mais ce terme est aussi utilisé pour couvrir le transfert des questionnaires entre enseignants et étudiants. Ces questionnaires sont ensuite traités dans des groupes d’études avant les examens.

9. Regrouper les plaintifs
Mais il y a toujours ceux qui n’arrivent pas à réussir leurs examens. Le chef de promotion les regroupe pour réfléchir sur leur sort. Ils se cotiseront alors une nouvelle fois et remettront la somme au chef de promotion, avec comme destination finale l’enseignant. L’enseignant organisera ensuite des examens de repêchage. Si ces étudiants échouent encore, il organisera une interrogation écrite. Et pour ceux qui échoueront une nouvelle fois, une dernière interrogation sera organisée pour eux. Parce qu'il est corrompu, l’enseignant doit trouver un moyen de les faire réussir coûte que coûte, sans en donner l’impression.

10. Faire le suivi
Dans cette dernière étape, Blaise dit ne pas avoir beaucoup de travail : "Je passe le gros de mon temps à l’institution pour constater la réussite de mes camarades. Ceux qui n’ont pas voulu être souples seront obligés de reprendre l’année prochaine dans le même auditoire. Sauf que cette fois-ci, ils auront compris les règles du jeu."

Pour limiter la corruption, certaines universités interdisent aux étudiants de payer les syllabus et autres frais directement au chef de promotion. Ces rares universités obligent leurs étudiants à exiger un reçu officiel pour tout frais versé à l’institution. Mais même dans ces circonstances, enseignants et chefs de promotion arrivent à s’arranger.

Recommandés

ballo lanzeni 10 septembre 2013 - 6:48pm / cote d'ivoire

pour ke l'ecole de l'afrique avanont arrete d'etre compuqe par l'argen sh non l'afrique rera toujour derriere et pour cela les blan en nousc vont jamais saisez de mettre en palabre en us corompant toujour et je le jur si ont continue ont va reter deriere les baro

Placez votre commentaire

Pour une plus grande compréhension, l’usage du français est la règle. Nous accueillons tous types de discussions, mais, attention, nous n’acceptons pas les propos racistes, sexistes, diffamatoires, injurieux ainsi que les commentaires publicitaires.

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
  • Tags HTML autorisés : <a> <em> <strong> <cite> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd> <p> <br>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et de messagerie électronique sont transformées en liens automatiquement.

Plus d'informations sur les options de formatage