Radio Netherlands Worldwide

SSO Login

More login possibilities:

Close
  • Facebook
  • Flickr
  • Twitter
  • Google
  • LinkedIn
Accueil
mercredi 22 octobre  
La blogueuse Chantal Faida l'a rencontrée (photo constitution de 1964)
Map
Kinshasa, Congo (Kinshasa)
Kinshasa, Congo (Kinshasa)

Ce que la Constitution congolaise pense de sa révision

Publié le : 16 juillet 2014 - 10:59am | Par Rédaction Afrique (Photo : Democratic Republic of Congo: Government Document (Library of Congress African Section) [Public domain], via Wikimedia Commons)
Archivé sous

À propos de Chantal Faida

Chantal Faida Mulenga-byuma habite à Goma

Chantal Faida Mulenga-byuma habite à Goma, dans la province du Nord-Kivu, en RDC. Vous pouvez aussi la suivre sur Twitter et la lire sur son blog.

Le département Afrique de RNW met en avant des blogueurs dynamiques qui ont envie de s'exprimer sur des sujets particuliers ou qui ont simplement des histoires engageantes à raconter. Leurs opinions ne reflètent évidemment pas celles de RNW en tant qu'institution.

La révision constitutionelle congolaise en 2014

Le gouvernement congolais reste flou sur le contenu de la révision constitutionnelle. Voici toutefois ce qui pourrait changer :

  • L'article 220 de la Constitution qui suit : "La forme républicaine de l'Etat, le principe du suffrage universel, la forme représentative du Gouvernement, le nombre et la durée des mandats du Président de la République, l'indépendance du pouvoir judiciaire, le pluralisme politique et syndical, ne peuvent faire l'objet d'aucune révision constitutionnelle." Cette révision permetrait ensuite à Joseph Kabila, le président de la RDC, de briguer un troisième mandat.
     
  • L'élection des députés provinciaux, sénateurs et gouverneurs de province pourrait changer. Au lieu de maintenir le suffrage universel direct qui rapproche les gouvernants des gouvernés, on veut passer au suffrage indirect. Seuls les grands électeurs et conseillers municipaux pourront élire les personnes citées plus haut.

En République démocratique du Congo (RDC), il ne se passe pas un jour sans qu’on entende parler de révision constitutionnelle. Et dans toutes les couches de la société, des gens crient : "touche pas à ma constitution". Chantal Faida a interrogé directement la concernée.

Chantal Faida : Constitution, pouvez-vous vous présenter à nos lecteurs ?

Constitution : Je suis une loi fondamentale qui régit l’ensemble des rapports entre gouvernants et gouvernés au sein de l’État. Je protège les droits et libertés des citoyens contre les abus de pouvoir de la part des titulaires des pouvoirs (article 11). Je suis née en Occident, mais étant donné que les Congolais croient que seuls les autres sont meilleurs, on m’a déportée en terre de Lumumba sans modifier grand-chose dans mon fond. Juste la forme a été retouchée. C’est ainsi que grâce à moi, vous êtes passés de la monarchie à la démocratie sans aucune maîtrise de son essence. Désormais, vous confondez souveraineté et coopération, république et royaume, citoyens et sujets, biens publics et biens privés, etc. Un étonnant cocktail. Je stipule que tout pouvoir émane du peuple, auquel appartient la souveraineté nationale (article 5). J’ai envie de dire, au regard de tout ce qui se passe dans votre pays, que je ne suis pas dans ma peau.

Si vous n’êtes pas dans votre peau chez nous, quel est votre fondement ? Pensez-vous vraiment que nous ayons besoin de vous ? Tout ce qui nous tient à cœur, c’est notre quiétude...

Sans vous couper la parole, je vous signale que vos propos argumentent plausiblement ce que je suis ailleurs qu’en RDC. Je suis le symbole du maintien de l’équilibre social, le berceau des valeurs nationales et le guide des actions gouvernementales pour le bien-être de tous, sans distinction d’âge, de tribu, de sexe, d’appartenance politique ou de religion (article 14). Je suis incontournable pour la stabilité de votre pays. Je vous rappelle que mon objectif premier dans votre pays qui a vécu deux décennies de crises de légitimité chroniques, était la mise en place d’un nouvel ordre politique par l’organisation d’élections libres, pluralistes, démocratiques, transparentes et crédibles par le peuple, pour le peuple et avec le peuple, et ce, via la loi référendaire de 2005.

C’est très impressionnant cette matière que vous renfermez. Mais il semble que le régime en place a l’intention de changer votre teint. Du clair au sombre. Qu’en dites-vous ?

Non seulement je suis contre, mais je dénonce la violation dont je suis victime depuis près de 13 ans en RDC. En vue de la consolidation de l’unité nationale d’une part, et d’autre part dans le but de créer des centres d’impulsion et de développement à la base, une partie de mon corps dit clairement que l’État congolais sera structuré en 25 nouvelles provinces dotées d’une personnalité juridique et exerçant des compétences de proximité (article 2). En sus de ces compétences, les provinces en exercent d’autres concurremment avec le pouvoir central et se partagent les recettes nationales avec ce dernier respectivement à raison de 40 et de 60 % (exposé des motifs). Mais de tout ceci, rien n’est mis en œuvre. Qu’on me coupe la main si je mens.

Très ambitieux comme programme, n’est-ce pas là un leitmotiv qui sous-tend le régime à faire quelques retouches à certaines parties de votre corps pour le bien être de la population ? Voyez la misère indicible, l’insécurité, les crimes abjects, la déperdition scolaire... Bref, les moyens manquent à la République pour la matérialisation de tous vos desseins.

La richesse première de toute nation, c’est sa population. Vouloir c’est pouvoir. L’exercice des libertés (article 23, 33, 24, 25, 26). Avec tant de ressources dont regorge votre sol (article 9), il est inadmissible de vivre tout ce que vous vivez. Juste un peu de tact de la part de vos décideurs et du courage de la part des chefs du peuple, et c’est parti. Je ne veux pas qu’on modifie mon teint clair. Surtout quand on exhibe l’intérêt privé et personnel au détriment de l’intérêt général.

Pour un fonctionnement harmonieux des institutions de l’État, l’on doit : éviter les conflits ; instaurer un État de droit ; contrer toute tentative de dérive dictatoriale ; garantir la bonne gouvernance ; lutter contre l’impunité ; assurer l’alternance démocratique (article 220). C’est pourquoi, non seulement le mandat du président de la République n’est renouvelable qu’une seule fois, mais aussi, il exerce ses prérogatives de garant de la Constitution, de l’indépendance nationale, de l’intégrité territoriale, de la souveraineté nationale, du respect des accords et traités internationaux ainsi que celles de régulateur et d’arbitre du fonctionnement normal des institutions de la République avec l’implication du gouvernement sous le contrôle du Parlement (exposé des motifs).

Articles liés


Face à toutes ces tares que vous décriez si clairement, quelle proposition faites-vous pour que cessent ces violations et que soit restaurée à jamais votre dignité pour le bonheur de tous ?

Un engagement, une implication et une mobilisation de toute la population pour faire échec à toute tentative de ma modification. Prenez votre destin en main. Le bonheur d’un peuple ne se marchande pas entre politiques mais il se construit avec le concours de toutes les forces vives. J’en ai marre d’être opérée pour des pathologies montées de toute pièce. Ces révisions intempestives et abrutissantes me font râler. Si vous n’y prenez pas garde, la RDC va sombrer dans une situation plus catastrophique encore que celle d’aujourd’hui. Il n y a pas honte d’avoir peur. Vous pouvez vaincre vos peurs et en faire vos forces.

Recommandés

Anonymous 19 juillet 2014 - 2:13pm / République Démocratique du Congo

Formidable réflexion.
"Touche pas à cette dame".

Luc Nkulula wa Mwamba 19 juillet 2014 - 10:52am / République Démocratique du Congo

j'aime ton article chantal c'est fabuleux cette fiction. COURAGE, nous devons faire front pour le bien être de nos valeurs citoyennes car la citoyenneté est l'âme de la civilisation d'une nation.

Anonymous 18 juillet 2014 - 12:12pm / RDC

tres original le model de ce papier. et on sent dans madame Chantal faida, l'expression d'une rage qu'elle a su tres bien canalisé. Un exemple pour des journalistes.

Placez votre commentaire

Pour une plus grande compréhension, l’usage du français est la règle. Nous accueillons tous types de discussions, mais, attention, nous n’acceptons pas les propos racistes, sexistes, diffamatoires, injurieux ainsi que les commentaires publicitaires.

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
  • Tags HTML autorisés : <a> <em> <strong> <cite> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd> <p> <br>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et de messagerie électronique sont transformées en liens automatiquement.

Plus d'informations sur les options de formatage