Radio Netherlands Worldwide

SSO Login

More login possibilities:

Close
  • Facebook
  • Flickr
  • Twitter
  • Google
  • LinkedIn
Accueil
dimanche 21 septembre  
deux policiers en faction dans la région de Borno le 5 juin dernier
Map
Lagos, Pays-Bas
Lagos, Pays-Bas

Au Nigeria, "l'ordre public par la force"

Publié le : 13 juin 2013 - 5:00am | Par Rédaction Afrique (photo © AFP)
Archivé sous

Les habitants des trois Etats du Nigeria où l'Etat d'urgence a été décrété vivent dans la crainte puisque les prix des denrées alimentaires montent en flèche et que les soldats gouvernementaux mènent des campagnes de porte-à-porte pour dénicher des terroristes.

Par Toye Olori (IPS)

Le Corps expéditionnaire militaire mixte a été déployé dans les trois Etats du nord: Borno, Yobe et Adamawa, où le 14 mai, le président nigérian Goodluck Jonathan a décrété l'Etat d'urgence.

Jonathan a imposé l'Etat d'urgence suite aux informations sur la sécurité selon lesquelles des groupes terroristes, notamment l'organisation islamiste extrémiste 'Boko Haram', avaient parcouru certaines villes de la partie nord-est du pays, enlevant les drapeaux nigérians et hissant les leurs.

Mais la directrice adjointe du programme Afrique de 'Amnesty International' (AI), Lucy Freeman, a déclaré à IPS qu’en plus du fait de vivre dans la peur d'une attaque de la part de 'Boko Haram', les populations des Etats concernés sont confrontées aux violations des droits humains dans les mains des vraies forces de sécurité d’Etat dont le mandat est de les protéger.

"Au cours des dernières semaines, les habitants de l'Etat de Borno, dans le nord du Nigeria, ont indiqué à 'Amnesty International' que des arrestations massives à Maiduguri (une ville de l'Etat de Borno) se sont accrues. Beaucoup de gens ont fui leurs maisons. Certaines zones de la ville deviennent progressivement des 'villes fantômes'".

"Les écoles publiques ont fermé puisque les parents ont trop peur d'envoyer leurs enfants à l'école", a souligné Freeman.

Près de 3 000 personnes tuées
'Boko Haram', qui signifie l'Education occidentale est un péché, se bat pour un Etat indépendant et l'imposition de la charia dans le nord du Nigeria. Selon un rapport publié en 2012 par 'Human Rights Watch', le groupe a tué près de 3.000 personnes depuis 2009. Les attaques les plus récentes ont eu lieu le 7 mai, dans la ville de Bama, dans le nord du Nigeria, et ont tué 55 personnes.

Freeman a noté que les conclusions d’AI montraient que bon nombre des personnes détenues avaient été privées d'accès au monde extérieur, notamment aux avocats, familles et aux tribunaux, et ont été gardées en dehors de la protection de la loi.

Couvre-feu
Ali Sani a fui son domicile à Mubi, l'une des principales villes de l'Etat d'Adamawa, et vit maintenant à Kano, dans le nord du Nigeria.

Il s’informe au jour le jour de ce qui se passe dans sa ville natale et a indiqué à IPS que le couvre-feu, du crépuscule à l'aube, imposé par l'armée là-bas, affecte sérieusement les activités commerciales dans la ville.

"Un ami qui est venu de Mubi le week-end m'a dit qu'il n'y a pas de combats à Mubi, mais que le couvre-feu imposé à l'Etat affecte les affaires et la libre circulation".

Pendant qu’il décrétait l'Etat d'urgence, Jonathan a expliqué que cela était devenu nécessaire à cause de la récente vague d'activités terroristes et des défis sécuritaires qui perdurent.

Procédure normale
Fredrick Fasehun, fondateur du Congrès des peuples Oodua (OPC, son sigle anglais) dans le sud-ouest du Nigeria, a déclaré que les opérations militaires dans la région étaient une procédure normale sous un Etat d'urgence. L'OPC est une organisation nationaliste militante yoruba au Nigeria.

"Lorsque vous déclarez l’Etat d'urgence dans une région, il est du devoir des forces armées de maintenir l'ordre public et on sait que l’armée maintient l'ordre public par la force", a expliqué Fasenun à IPS à Lagos.

En tant que fondateur de l'OPC, Fasehun a été détenu à plusieurs reprises par l'armée pour avoir soi-disant créé un groupe militant illégal.

Most popular news in this dossier

Soldat du FARDC dans les environs de Goma

Faux informateurs au Burundi : Iwacu a mené l'enquête

Depuis un certain temps, des gens affirmant être des jeunes combattants basés en RDC nous...
"Pas de candidatures en 2015 pour ceux qui ont des dossiers judiciaires"

Candidats pour 2015 avec un dossier judiciaire, passez votre chemin

"Pas de candidatures en 2015 pour ceux qui ont des dossiers judiciaires", c'est ce qu'a...
Les malheurs qui frappent les Africains semblent n'affecter personne

Il faut cesser de s'accoutumer au malheur !

Les malheurs qui frappent les Africains semblent n'affecter personne. Selon Jean-Marie Ngendahayo, ce n...
Chantal Biya, Simone Gagbo et Grace Mugabe, trois Premières dames africaines

Ces Premières dames qui creusent la tombe de leur mari

Souvent, les Premières dames sont les premiers drames de leur mari. Leurs frasques ont fré...
Les mères des fillettes enlevées auraient-elles été trahies par des femmes ?

Des femmes qui roulent pour Boko Haram

Selon l'armée nigériane, des femmes auraient activement participé à l'enl...

Recommandés

Placez votre commentaire

Pour une plus grande compréhension, l’usage du français est la règle. Nous accueillons tous types de discussions, mais, attention, nous n’acceptons pas les propos racistes, sexistes, diffamatoires, injurieux ainsi que les commentaires publicitaires.

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
  • Tags HTML autorisés : <a> <em> <strong> <cite> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd> <p> <br>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et de messagerie électronique sont transformées en liens automatiquement.

Plus d'informations sur les options de formatage